Gyeongbokgung

Histoire

Gyeongbokgung fut construit en 1394 par le roi Taejo (Yi Seong Gye), lorsque la capitale s’appelait Hanyang. Ce palais royal lui servi de résidence ainsi qu’à son 3ème fils Sejong. La plupart du palais a malheureusement été détruite au cours de l’invasion japonaise entre 1952 et 1958. Après avoir été laissé à l’abandon pendant 250 ans, Gyeongbokgung a été reconstruit en 1868 par le prince régent Heungseon Daewongun. Il compte alors environ 350 bâtiments et constitue une petite ville. En 1895, après l’assassinat de l’impératrice MyeongSeong par des Japonais, la famille royale quitte définitivement les lieux. Le palais sera de nouveau détruit pendant l’occupation japonaise entre 1910 et 1945. En 1989, le gouvernement lance un programme de reconstruction pendant 40 ans. On estime à 40 % en 2009 l’état du palais avant l’occupation japonaise.

Sur place

La visite de Gyeongbokgung est incontournable lors de votre voyage en Corée du sud. Vous pourrez vous balader dans les nombreuses allées et admirer tous les monuments d’époque. La visite du Musée national folklorique est également incluse dans votre billet. Des visites avec guide (en anglais) sont également prévues plusieurs fois par jour.

Vous pourrez assister à la cérémonie de la relève de la garde 2 fois par jour à 10h et à 14h.

 

Infos pratiques

Entrée gratuite pour les porteurs de Hanbok (tenue traditionnelle)
Adultes (19 – 64 ans) : 3000 Wons (2400 Wons pour les groupes d’au moins 10 personnes)
Enfants (7 – 18 ans) : 1500 Wons (1200 Wons pour les groupes d’au moins 10 personnes)
Horaires : 9h – 18h (mars à octobre), 9h – 17h (novembre à février)
Temps sur place : environ 2h – 3h
Fermé tous les mardis
Station Gygeongbokgung (à gauche), ligne 3, sortie n°5
Station Anguk (à droite), ligne 3, sortie n°1

Dernière edition : 28 janvier 2019